Four questions in the wind : Adam Bentley (The Rest)


THE REST - John Huston from Mitch Fillion (southernsouls.ca) on Vimeo.


C'était il y a trois ans. A peu près à cette époque. Le mois de mars. Je découvrais une merveille. "Everyone all at once". The Rest. Plus tard, il y aura "The Cried Wolf ep+ book". Après de dramatiques péripéties, mécaniques (un problème de disque dur qui a supprimé chaque morceau de l'album), humaines (le décès tragique de leur producteur et ami Dan Achen), le nouvel album SEESAW  arrive. En l'attendant, j'ai posé à Adam Bentley, leur chanteur, les quatre questions du Vent.
That was three years ago. Same season around. The month of March. I discovered a gem. "Everyone all at once". The Rest. Later, there will be "The Cried Wolf ep + book". Then. After the dramatic events, mechanical (a hard drive glitch that deleted every piece on the album), human (the tragic death of their friend and producer Dan Achen), the new album  SEESAW is coming. In the meantime, I asked Adam Bentley, their singer the four questions in the Wind.


1. do you remember your first musical emotion ?
I think my first musical emotion would have been joy. When I was growing up I remember my Dad playing tapes and listening to the radio in our dining room...which at that point was basically a room to listen to music. I remember laughing and singing along to all these different songs, usually singing the wrong words...which is a trait I haven't given up, even when singing The Rest songs.


2. how did you first get involved in music ?
When I had first entered elementary school I always had a periphery interested in making and listening to music, but usually in some sort of jokey form. But I think I've been obsessed with music since I was on the cusp of becoming a teenager. One day I was collecting baseball cards, the next I taping songs off the radio. My good friends at the time started a band, and even though I had no idea how to play an instrument I joined as a "keyboard/sound effects/vocal" member, which soon transitioned to me becoming the "singer". Singing involved me trying to sound like variety of popular vocalist without ever sounding like said vocalist. I couldn't stop though, all I thought about was writing songs, and at the time how to write songs. I fortunately/unfortunately haven't changed.


everyone all at once by the rest


Sheep In Wolves' Clothing by The Rest


3. could you tell us a bit about your influences and musical tastes ?
I think my influences and musical tastes are difficult to verbalize, since it's something that's always evolving and taking on new shapes. I will say this, I think my own musical evolution is dependent on being moved and inspired by discovery. When I stop searching out new music (and new music not necessarily being music that's from the present, but music that I've never heard or invested in) will be the day I stop making music. I'm not a trained musician, so my education comes directly from listening to music. It's a sub-conscious thing, but it's still a lifeline.


4. do you have a 'bedside record', sort of the one you're never tired to listen again and again ?
I've got quite a few records that I feel I never get tired of listening to, but I try to not overdue any of them. I think I'm terrified of getting sick of an album/song/etc. that has made a major impact on me. Of course that impact dissipates over time, but I can't let it disappear completely. It would be like ripping out a part of me, and at this point I don't have a deficit when it comes to destroying myself.


always on my mind  by the rest


The Rest (website) (facebook) (bandcamp)
the rest on cbc


1. te souviens-tu de ta première émotion musicale ?
Ma première émotion musicale pourrait avoir été la joie. Lorsque j'étais enfant, je me souviens de mon père passant des cassettes et écoutant la radio dans notre salle à manger... qui, à ce moment-là, était essentiellement une pièce pour écouter de la musique. Je me revois riant et chantant toutes ces différentes chansons, généralement avec les mauvaises paroles...
un trait qui m'est resté, même quand il s'agit de chansons de The Rest.


2. comment es-tu venu à la musique ?
A mon entrée à l'école primaire, j'ai toujours eu une part en moi intéressée par jouer et écouter de la musique, mais c'était le plus souvent un truc "à la blague". Je crois que la musique est devenue une obsession au début de mon adolescence. Un jour, je collectionnais les cartes de baseball, le lendemain j'enregistrais sur cassette des chansons qui passaient à la radio. Mes amis de l'époque ont formé un groupe, et même si je n'avais aucune idée sur la façon de jouer d'un instrument, je les ai rejoints comme "clavier/effets sonores/chant", ce qui s'est vite transformé en "chanteur". Chanter impliquait pour moi essayer de ressembler à nombre de chanteurs populaires sans jamais sonner comme lesdits chanteurs. Je ne pouvais pas m'arrêter là, je pensais à la manière d'écrire des chansons, et à l'époque comment écrire des chansons. Heureusement/malheureusement, je n'ai pas changé.


the cried wolf ep  by the rest


Cried Wolf (And Other Animals) by The Rest


3.peux tu nous en dire un peu sur tes influences et tes goûts en matière de musique ?
Je pense que mes influences et goûts musicaux sont difficiles à exprimer, puisque c'est un mouvement perpétuel qui prend sans cesse des formes nouvelles. Je dirai ceci, je pense que mon évolution musicale personnelle dépend de mes émotions et qu'elle est axée sur la découverte. Le jour où  j'arrête de rechercher de nouvelles musiques (et par musique nouvelle je n'entends pas nécessairement de la musique d'aujourd'hui, mais une musique que je n'ai jamais entendue ou à laquelle je ne me suis pas encore intéressé), j'arrêterai de faire de la musique. Je ne suis pas un musicien de formation, aussi mon éducation vient directement de l'écoute de la musique. C'est inconscient, mais ça reste essentiel (vital).


4. as tu un 'disque de chevet', le genre que tu écoutes encore et encore ?
J'ai pas mal de disques dont je ne me lasse jamais, mais j'essaie de ne pas en dépasser le terme. Je veux dire je suis terrifié à l'idée d'en avoir marre (un jour) d'écouter un album/une chanson/etc. qui a eu un impact majeur sur moi. Bien sûr, cet impact se dissipe au fil du temps, mais je ne peux pas le laisser disparaître complètement. Ce serait comme arracher une partie de moi, et, sur ce point, je ne suis pas à la traîne quand il s'agit de me détruire.


THE REST - The Last Day from Mitch Fillion (southernsouls.ca) on Vimeo.