vendredi, 11 mai 2012

four questions in the wind : Aloonaluna



Aloonaluna - Pitter patter flutter from Aloonaluna on Vimeo.


c'était voici deux ans : "tous les ans - ou à peu près - un disque infiniment exquis tombe du ciel ou d'ailleurs tu n'sais d'où. cette année, c'est celui-là, aloonaluna et, il est double tu vois, un cd & un cdr. le genre de disques que t'écoutes dans le noir et qui éclairent la pièce comme s'ils étaient la lune - ou une comète ? ou une comète.
le jour, c'est différent. ces disques-là te poussent à t'asseoir, à peut-être fermer les yeux ou les garder mi-clos, et dans cette pénombre forcée, ils t'éclairent en dedans comme s'ils étaient la lune - ou une comète ? ou une comète."
Cette année, c'est avec une cassette ? une cassette, Bunny, qu'Aloonaluna nous revient.
Lynn Fister a accepté de répondre aux quatre questions du Vent.
two years ago : every year - or nearly so - an infinitely exquisite album falls from the sky or from elsewhere you dont know where. this year, this is that one, aloonaluna, and it's a double y'see, a cd & a cdr. 'kind of records you listen to in the dark and they light up the room as if they were the moon - or a comet? or a comet.
daytime it's different. these records they push you to sit down, maybe you close your eyes or keep them half closed, and in this forced darkness, they light you on your inside side as if the moon they were - or a comet? or a comet.
This year, Aloonaluna is comin' back to us is with a cassette? a cassette - Bunny.
Lynn Fister has agreed to answer the four questions in the Wind.


1. do you remember your first musical emotion ?
Memory is such a peculiar thing. At a very young age, I didn't trust it, but yet adored nostalgia. Even then, I think I realized that I created my own mythologies to what I wanted to believe about myself and my life. I saw myself constantly sewing a quilt. Each square, with its confine of space, represented a snapshot of the story I wanted to tell. This one depicted me as a lover of constellations, and another said I liked a certain genre of book. This has not changed since becoming older! These snapshots are continually shape shifting throughout my life. It's like a holographic quilt. Sometimes I wish memory was tangible, and actually many more times I kiss the ground and offer sacrificial lambs because it is not. So I cannot tell for sure what my first musical emotion was! Let's say my first piano recital made quite an impression though. I was nine, and I composed a very shitty song. I was very shy about this, and I felt like I was torturing the audience. I just kept repeating variations of notes in C major. Which is not too much different than the music I make now, ha.


a loon a luna by aloonaluna


2. how did you first get involved in music ?
On a whim, I asked my mother to buy me a piano. I was five. It was shiny and new and pretty, so I liked it. My mother would take pictures of us, posing like we were playing this very shiny upright. It would be right after church; so we were dressed proper. Realizing I didn't progress much, I switched to flute and a little later to clarinet. I found myself to be a hopeless case in each. On a good day, sometimes I made a few pretty tones. I guess I spent more hours drawing and painting ceramics. It wasn't until I was very, very old that I began to become interested in playing music again. I was painting on a piece of wood facing a window facing the woods behind my home in Northern Florida. I was painting luna moths, and I tried to replicate the exact shade I thought their green might be. As I was thinking how I never saw such a moth, one came thumping frantically across my window. I placed my hand at where it thumped. Such a fleeting instant, as it was gone too soon. But it was so beautiful, so ghostly, and so iridescent. A few days after, I started experimenting with recording. This is when I actually fell in love with making music. Perhaps I thought the green could not be replicated with paint, but through sound.


a loon a luna by aloonaluna


3. could you tell us a bit about your influences and musical tastes ?
My musical tastes are kind of everywhere I suppose. I love Cambodian pop, Korean folk artists such as Kim Doo Soo, Sufi trance, opera, Bollywood, drone, field recordings of frogs, hypnagogic records, dub reggae, underground and internet hip-hop (I guess I'm referring to Lil B here) and it seems anything Finnish. I wish I collected more disco, funk and soul though. All these I'm sure inform my sound. Or perhaps I wish they would inform my sound more, as I am hardly able to replicate any of it! The labels Fonal Records and of course now Hooker Vision definitely influence my music-making decisions immensely.


4. do you have a 'bedside record', sort of the one you're never tired to listen again and again ?
Yip, Paavoharju's Yha Hamaraa, Chamellow's Rat Hearts, Inca Ore with Lemon Bear's Orchestra's Birds in the Bushes, Lau Nau's Kuutarha, Valet's Naked Acid, anything that Sublime Frequencies puts out. I really adore their country radio series and Tucker Martine's Broken Hearted Dragonflies. To answer this quite literally though, I listened to Je Suis Le Petit Chevalier's albums every night this past week before sleeping and also into my sleep. They have been influencing my dreams. One I remember I was swimming in the ocean as a creature with a horse head and many tentacles 'like a squid' as a body. I drifted to the bottom of the ocean and became coral. Across the ocean floor, I kept spreading like that filmic creature the Blob. Felicia Atkinson's music not only informs my dreams, but also my own playing as well lately. Such gems these albums!


bunny by aloonaluna

bunny by aloonaluna


Aloonaluna (website) (tumblr) (bandcamp) (soundcloud)
on kusf in exile


1. te souviens-tu de ta première émotion musicale ?
La mémoire est une chose très étrange. Très jeune, je ne lui faisais pas confiance, bien qu'adorant la nostalgie. Même alors, je pense que je me rendais compte que je créais mes propres mythologies quant à ce que je voulais croire de moi-même et de ma vie. Je m'imaginais assemblant constamment un quilt. Chaque carré, dans ses limites, représentait un instantané de l'histoire que je voulais raconter. Celui-ci me dépeignait comme amoureuse des constellations pendant que cet autre disait que j'aimais un certain genre de livres. Cela n'a pas beaucoup changé depuis ! Ces instantanés se transforment continuellement tout au long de ma vie. C'est comme une couverture holographique. Parfois, j'aimerais que la mémoire soit tangible, et, en fait, beaucoup plus souvent, j' embrasse le sol et célèbre le fait qu'il ne le soit pas. Donc, je ne peux pas dire avec certitude quelle a été ma première émotion musicale ! Disons que mon premier récital de piano a fait très forte impression. J'avais neuf ans, et composé une chanson très merdique. J'étais très timide et j'avais l'impression de torturer le public. Je n'arrêtais pas de répéter des variations de notes en ut majeur. Ce qui ne diffère pas trop de la musique que je fais maintenant ha ha.


a loon a luna by aloonaluna


2. comment es-tu venue à la musique ?
Sur un coup de tête, j'ai demandé à ma mère de m'acheter un piano. J'avais cinq ans. C'était brillant, nouveau et joli, aussi l'ai-je aimé. Il fallait que ma mère nous prenne en photo, nous avons pris la pose, debout devant cet objet brillant, comme si nous en jouions. Il fallait que ce soit après l'église parce que nous étions bien habillées. Réalisant que je ne progressais guère, je suis passée à la flûte et plus tard à la clarinette. J'étais un cas désespéré pour l'une comme pour l'autre. Dans un bon jour, j'arrivais à sortir quelques jolis sons. Je crois que j'ai passé plus d'heures à dessiner et peindre sur céramique. Ce n'est que bien plus tard que j'ai de nouveau manifesté un intérêt pour la musique. J'étais en train de peindre un morceau de bois, devant la fenêtre donnant sur les bois derrière la maison, au nord de la Floride. Je peignais des papillons lune, et j'essayais de retrouver la nuance exacte de ce que je pensais être leur vert. Alors que je me disais que je n'avais jamais vu un tel papillon, il en est venu un, battant des ailes frénétiquement de l'autre côté de ma fenêtre. J'ai placé ma main là où il se trouvait. Un instant très fugace, il avait déjà disparu. Mais il était si beau, si fantômatique, et tellement irisé. Quelques jours après, j'ai commencé à m'enregistrer. C'est alors que j'ai succombé au charme de la musique. Peut-être ai-je pensé que le vert ne pouvait pas être reproduit avec de la peinture, mais avec du son.


bird milk by aloonaluna


3.peux tu nous en dire un peu sur tes influences et tes goûts en matière de musique ?
Mes goûts musicaux viennent d'un peu partout, je crois. J'aime la pop cambodgienne, les artistes folk coréens tels que Kim Doo Soo, la transe soufie, l'opéra, Bollywood, les drones, le field recordings, le courant hypnagogique, le dub reggae, hip-hop underground (je suppose que je fais ici allusion à Lil B) et, semble-t-il, tout ce qui vient de Finlande. J'aimerais avoir plus de disco, de funk et de soul. Tout cela, j'en suis sûre, nourrit ma musique. Ou peut-être j'aimerais qu'ils l'imprègnent davantage, car je suis à peine capable de reproduire tout ça ! Les labels Fonal et bien sûr, Hooker Vision influent certainement sur ma direction musicale.


4. as tu un 'disque de chevet', le genre que tu écoutes encore et encore ?
Oui, Paavoharju et Yha Hamaraa, Chamellows avec Rat Hearts, Inca Ore et le Lemon Bear's Orchestra dans Birds in the Bushes, Lau Nau et Kuutarha, Naked Acid de Valet, tout ce qu'édite Sublime Frequencies. J'adore toute la série radiophonique par pays et Broken Hearted Dragonflies de Tucker Martine . Pour répondre de façon presque littérale, j'ai écouté les albums de Je Suis Le Petit Chevalier tous les soirs de la semaine dernière avant de m'endormir et dans mon sommeil également. Ils ont influencé mes rêves. Un dont je me souviens : je me baignais dans l'océan, j'étais une créature avec une tête de cheval et, à la place du corps, de nombreux tentacules "comme un calmar". Je me suis laissée couler au fond de l'océan et suis devenue corail. Partout dans le fond de l'océan, je me suis répandue comme cette créature cinématographique, le Blob. La musique de Felicia Atkinson, non seulement imprègne mes rêves, mais aussi mon propre jeu ces derniers temps. Quels trésors, ces albums!


aloonaluna bird milk by aloonaluna

vendredi, 4 mai 2012

Four questions in the Wind : Thomas Bel




'Inland' by Thomas Bel (livequest 23)


'Innerly', son nouvel et magnifique album (chez annexia) - recommandation absolue - vient de paraître. Thomas Bel a accepté de répondre aux quatre questions du Vent.
'Innerly', his amazing new album (on annexia) - highest recommendation possible - is now available. Thomas Bel has agreed to answer the four questions in the Wind.


1. te souviens-tu de ta première émotion musicale ?
oui.
(15 ans. Metallica, ...and justice for all)


2. comment es-tu venu à la musique ?
à l'adolescence, j'écrivais beaucoup, mais je crois que cela ne suffisait pas. j'avais besoin "d'autre chose". j'écoutais déjà beaucoup de musique, j'en suis venu très naturellement à apprendre à jouer de la guitare, et ensuite, à composer, écrire. j'avais (et j'ai toujours) plein de cahiers remplis de textes et de musique. je pense que l'élément déclencheur ça a été une difficulté à trouver ma place dans ce monde autrement que par la musique.


arcle et comma by thomas bel



lercse by Thomas Bel


3.peux tu nous en dire un peu sur tes influences et tes goûts en matière de musique ?
mes influences sont très variées, et très nombreuses. je pense que les principales sont les expériences que je vis, et ma fascination pour la nature, l'automne, l'isolement, le silence... mais je suis aussi influencé par ce que j'écoute (inconsciemment ou non), par certains films, par des poèmes... mes goûts aussi sont très variés. le critère premier étant la qualité, cela va du rock (au sens très large), à la folk, en passant par le métal (black essentiellement, un peu de thrash), l'expérimental, le drone, la musique classique (surtout 19e et début 20e), le post-hardcore, le screamo, le hiphop, la coldwave, le post-rock, l'electronica, la "chanson".... je ne ferais pas de listes de groupes ou d'artistes, ce serait trop long


4. as tu un 'disque de chevet', le genre que tu écoutes encore et encore ?
très très dur de n'en citer qu'un... c'est par périodes. je vais être focalisé (voire obsédé) par un artiste ou un album pendant quelques temps. puis ça change. en ce moment, j'écoute beaucoup xasthur et debussy (les pièces pour piano seul).


innerly by thomas bel



les heures grises by Thomas Bel


Thomas Bel (website) (myspace)
'Matins d'Octobre' avec Monolyth & Cobalt (bandcamp)
Innerly (annexia)


1. do you remember your first musical emotion ?
Yes.
(15 years old. Metallica, ...and justice for all)


2. how did you first get involved in music ?
In my teens, I used to write a lot, but it wasn't enough I think, I needed "something else". I was already listening to much music and naturally I came to learn how to play guitar and then to compose and write. I had (and still have) many notebooks full of texts and music. I think the catalyst was the difficulty for me to find my place in this world other than by music


ep 1 et abstract evening by thomas bel



either here or there by Thomas Bel


3. could you tell us a bit about your influences and musical tastes ?
My influences are very wide and varied. I think the main are the experiences that I have, and my fascination for nature, autumn, isolation, silence... but I'm also influenced by the music I'm listening to (unconsciously or not), movies, poems...
My tastes are very diverse too. The first criterion being quality, it goes from rock (in the broadest sense of term) to folk, through metal (black metal basically with a bit of thrash), experimental, drone, classical (particularly 19th and early 20th), post hardcore, screamo, hip hop, coldwave, post-rock, electronica, and "songs"... I'm not going to name bands or artists, the list would be too long.


4. do you have a 'bedside record', sort of the one you're never tired to listen again and again ?
it's very very hard to be limited to one... it's cyclic. I can be focused (if not obsessed with) on an artist or an album for a while and, then, I change. Currently, I'm listening to Xasthur and Debussy (pieces for piano) a lot.


thomas bel

vendredi, 27 avril 2012

Four questions in the Wind : Now wakes the Sea


fluoxetine morning by now wakes the sea


En mars, à force  de traîner  de tag en tag ,sur bandcamp,  ce sont des choses qui arrivent, j'ai eu un coup de coeur. Fluoxetine Morning de Now Wakes The Sea. Alan McCormack, son créateur, a accepté de répondre aux quatre questions du Vent.
In March, bandcamping around, from tag to tag, these things happen, I had a crush. Fluoxetine Morning by Now Wakes The Sea. Alan McCormack, his maker, has agreed to answer the four questions in the Wind.


1. do you remember your first musical emotion ?
When I was younger, up until aged ten maybe, I'd spend a lot of time travelling with my grandparents and they'd play cassettes of sweet melancholic fifties and sixties pop, from The Everly Brothers to Roy Orbison, The Hollies, even early Beatles. I'd also be exposed to wartime jazz records like In the Mood and Chattanooga Choo Choo and Little Brown Jug by Glenn Miller and The Andrews Sisters and similar artists of that time that I forget. I was amazed that music could so easily change your mood - make you happy, make you sad, make you reminisce. And recently I've been going back and listening to a lot these artists and the memories these songs have attached to them are incredibly special to me.


2. how did you first get involved in music ?
No one knows. My parents and relatives simply liked to buy me instruments I could make noise with, and growing up I owned acoustic guitars, toy keyboards, and numerous percussion instruments, including a steel drum from Tobago that I wish I could find. I've always had an interest in manipulating sound - I remember being no older than five and recording myself onto cassette tape and playing with the panning and volume and thinking it was amazing, and that's an interest I still have, manipulating audio with electronics.


Oral Arms by Now Wakes the Sea


3. could you tell us a bit about your influences and musical tastes ?
The Beatles, always. After gorging myself on their more experimental work when I was younger, I've spent the past few years delving into their earlier work and I love everything about it, from the bare production techniques to the overall songwriting. I also admire the work of Phil Elverum from The Microphones and Mount Eerie, particularly how he blends experimental music with simple acoustic based songs. And recently I've been listening to records by The Caretaker on repeat - he creates a fantastic little world to immerse yourself in. And Song Cycle by Van Dyke Parks is the best record ever.

4. do you have a 'bedside record', sort of the one you're never tired to listen again and again ?
Nirvana's Unplugged in New York record is fantastic. I can't count how many times I've listened to that, and can still enjoy it. And the Help! record by The Beatles is fantastic - I spent the majority of a ten hour bus journey home from London listening to Help! on endless loop.


Fluoxetine Morning by Now Wakes the Sea


Now wakes the sea (website) (facebook) (bandcamp)
now wakes the sea in the red room, 2 fév. 2011 (subcity radio)


1. te souviens-tu de ta première émotion musicale ?
Quand j'étais plus jeune, jusqu'à l'âge de dix ans à peu près, j'ai beaucoup voyagé avec mes grands-parents. Ils passaient des cassettes de pop douce et mélancolique des années cinquante et soixante, des Everly Brothers à Roy Orbison, The Hollies,  et même les premiers Beatles. J'ai aussi été confronté à des disques de jazz, période seconde guerre mondiale, comme In the Mood, Chattanooga Choo Choo ou Little Brown Jug par Glenn Miller, les Andrews Sisters et d'autres artistes similaires de cette époque dont j'ai oublié les noms. J'étais étonné que la musique puisse si facilement changer votre humeur - vous faire plaisir, vous rendre triste, raviver des souvenirs. Récemment, j'ai ré-écouté beaucoup de ces artistes et les souvenirs attachés à ces chansons me sont très chers


2. comment es-tu venu à la musique ?
Personne ne sait. Mes parents et leurs proches aimaient m'offrir des instruments avec lesquels je pourrais faire du bruit, ainsi, en grandissant j'ai eu des guitares acoustiques, des claviers jouets et de nombreux instruments de percussion, y compris un steeldrum de Tobago que je souhaiterais retrouver. Le travail sur le son m'a toujours intéressé - Je me souviens, je ne devais pas avoir plus de cinq ans que je m'enregistrais sur cassette en jouant avec la balance et le volume en pensant que c'était incroyable. Cet intérêt pour la manipulation sur le son avec l'électronique m'est resté.


Hot Cygnet Tape by Now Wakes the Sea


3.peux tu nous en dire un peu sur tes influences et tes goûts en matière de musique ?
Les Beatles, toujours. Après m'être gavé de leurs oeuvres les plus expérimentales quand j'étais plus jeune, j'ai passé les dernières années à plonger dans leurs premières oeuvres et j' en aime l'ensemble,  de la technique simple de production à l'écriture des chansons. J'admire aussi le travail de Phil Elverum (The Microphones et Mount Eerie), en particulier la façon dont il mêle  musique expérimentale et structure acoustique dans ses chansons. Récemment, j'ai découvert les disques de The Caretaker - qui crée un petit monde fantastique dans lequel il vous plonge. Et Song Cycle de Van Dyke Parks est le meilleur disque jamais produit.


4. as tu un 'disque de chevet', le genre que tu écoutes encore et encore ?
Unplugged in New York de Nirvana est un disque fantastique. Je ne peux pas compter le nombre de fois où je l'ai écouté, et je peux encore l'apprécier. Et Help! des Beatles, quel disque fantastique - J'ai passé une grande partie des dix d'heures du trajet en bus, en revenant de Londres chez moi, en écoutant Help! en boucle.


fluoxetine morning by now wakes the sea

- page 1 de 6