'glass' by Cabinet of Natural Curiosities


C'était voici cinq ans, j'ai reçu le délicieux objet dont la photo suit. Je suis tombé amoureux et de l'objet et de la musique délicate qu'il contenait... Cabinet of Natural Curiosities.  Jasmine Wagner Dreame, son âme, a accepté de répondre aux quatre questions du Vent.
It was five years ago when I've received this delicious packaging (take a look at the following photograph), I instantly fell in love with the art and with the sensitive music that was in it... Cabinet of natural Curiosities is the name.  His heart and soul, Jasmine Wagner Dreame has agreed to answer the four questions of the Wind.


cabinet of curiosities vineland


1. do you remember your first musical emotion ?
I have many early childhood memories, one of them being the sensation of crawling on a carpeted floor. Crawling was deeply frustrating, and I remember feeling a wordless desire to stand. I wanted to stand because I knew that the keys of our piano were connected to the sound created when the keys were pressed. I knew that if I hoisted myself up using the piano bench, I would be able to touch them, too. This is my first musical memory: of hoisting myself up at the piano bench and being applauded by my relatives, and immediately dragged away when I reached up to play. I always felt a sense of awe when an instrument was placed before me. It was a feeling of joy and anticipation.


2. how did you first get involved in music ?
It's hard to place a date on my first involvement in music since I can't remember a time when music wasn't present in my life. I begged for lessons early on—too early, my mother said, when I begged her for piano and violin as a kid. Instead, she had me take ballet lessons and play softball—a great embarrassment. I'm not very graceful and I am the world's worst catcher. I can't catch anything except a cold.

My first instrument was cello. My elementary school offered lessons and the tone of the cello reminded me most of the piano, so cello it was. I took lessons and played in the state youth orchestra. One Christmas, I ended up with one of those tiny Yamaha keyboards that could, in addition to "piano," make "ocean" and "machine gun" sounds. I couldn't put it down. Eventually, my mother agreed to let me study piano with my school music teacher and I ended up being the chorus accompanist for a few years, mostly a reason to stay indoors during recess. But also because I didn't want to stop playing.


glass vs grass by cabinet of curiosities


I came late to playing the guitar, later than most people I know. I wish I had started earlier, but I didn't have much encouragement and the guitar was presented to me as a male instrument, something loud that girls shouldn't play. Drums, too. I asked if I could play the drums and the answer was no. As crazy as this sounds today, in the suburbs where I was living, it was pretty standard. It started early. Girls in my neighborhood had strict curfews and talked on the telephone while the boys were allowed to stay out late, egg cars, and play with flashlights in the streets.

As an adolescent, I started going to all-ages shows and it changed my life. My best girlfriends and I would load into each other's cars and drive together, cranking the music on the radio, but the bands we watched were staffed by boys, promoted by boys, men booked the venues and sold the t-shirts and fruit drinks. I wanted to be in a band more than anything, but I didn't even have a playable guitar. It wasn't until my senior year in high school that I begged for guitar lessons and my mother paid to fix the pegs and neck of an old acoustic guitar that my father had left in the basement so that I would have something to play.



'sailing seasick' by Cabinet of Natural Curiosities


I took a semester's worth of guitar lessons and immediately began writing my own songs. My instructor was encouraging. He suggested I play my songs at coffee shops, which I began to do. I also began to study classical piano and harpsichord with a new teacher. She encouraged me to learn Brahms and Bach, and every evening I played piano and harpsichord by myself in the music room at school. On the surface, I was a confident high-achieving science student with artistic leanings, but on the inside, I wanted to be in a band. None of the girls I knew owned instruments, or wanted to play them amplified, in front of a crowd. None of my female friends, at school, or from home, were allowed out after 11 PM at night.

Again, this might come as a surprise because times have changed, but the area where I lived was very conservative. I was expected to be a good student and a "good girl," and I nearly lost my mind. It radicalized me. When I moved to New York, the first thing I did was dye my hair and start a band.


3. could you tell us a bit about your influences and musical tastes ?
This is always the hardest question for me to answer. I'm influenced by everything I hear, everything I see, touch, read, and experience. I'm influenced by the people I see in the street. I feel like I have a synaesthetic response to the world – people feel like songs to me when I'm close to them, even if I don't know them. Sometimes I eat food in a restaurant and I swear I can taste the emotions of the man in the kitchen. I hear arguments in paintings and conversations between buildings. It's as though the world is connected by strings, and music is the form of continuity that runs from thing to thing. It might sound sappy (or schizophrenic, or like a monologue written by a Wes Anderson character) but it's true. It's difficult to define my taste in music. I suppose I could say I love that which is beautiful, well-crafted, dramatic and dynamic yet subtle, but these are only adjectives. I love well-crafted songs with original lyrics, writers whose voices are unlike any others of their time, who refuse to create anything other than what they hear in their hearts and heads (and hands.) I love everything from the punk and hardcore bands I came of age listening to, like Bikini Kill, Operation Ivy, and Minor Threat, to the soaring tones of Mogwai and GYBE, to the skillful songwriting of Tom Waits, Nina Simone, Leonard Cohen, and Sandy Denny.


Searchlight Needles by Cabinet of Natural Curiosities


4. do you have a 'bedside record', sort of the one you're never tired to listen again and again ?
Yes, there are a few records I could listen to over and over again (and have.) In alphabetical order:
Leonard Cohen – Songs of Love and Hate
Fugazi – 13 Songs
Joni Mitchell – Blue
Nina Simone – Wild is the Wind
Neil Young – On the Beach
There are more records that I love, of course, but those are my gold standards.

Here are two videos I can't stop watching:
Phil Ochs - no more songs
Sandy Denny - late november


cabinet of curiosities


Cabinet of natural Curiosities (website) (for arbors/for satellites) (songs about ghosts) (tumblr) (bandcamp)
5 poems (la petite zine)
listening for earthquakes (recueil de poèmes de jasmine dreame wagner)


1. te souviens-tu de ta première émotion musicale ?
J'ai beaucoup de souvenirs de ma petite enfance, l'un d'entre eux étant la sensation de ramper sur un sol moquetté. Ramper était profondément frustrant, et je me souviens avoir le désir silencieux de me tenir debout. Je voulais me mettre debout parce que je savais que les touches de notre piano étaient en lien avec le son créé lorsqu'elles étaient enfoncées. Je savais que si je me hissais à l'aide du tabouret du piano, je serais également en mesure de les toucher. C'est mon premier souvenir musical : m'être hissée à l'aide du tabouret du piano, d'avoir été applaudie par mes parents, et aussitôt enlevée quand j'ai atteint les touches pour jouer. J'ai toujours ressenti un profond respect face à un instrument. Un sentiment de joie et d'impatience.


cabinet of curiosities vineland


2. comment es-tu venue à la musique ?
Il m'est difficile de donner une date pour ma première rencontre avec la musique parce que je ne me souviens pas d'un moment où la musique n'a pas été présente dans ma vie. J'ai réclamé des leçons très tôt - trop tôt, a dit ma mère, quand, enfant, je l'ai suppliée pour le piano et le violon. Au lieu de cela, elle m'a fait prendre des leçons de danse et jouer au softball - un grand embarras. Je ne suis pas très grâcieuse et je suis le pire receveur du monde. Je ne peux rien attraper, à part un rhume.

Mon premier instrument était le violoncelle. Mon école primaire proposait des leçons de musique et la sonorité de 'cello' m'a fait penser à celle de 'piano', alors ce fut le violoncelle. J'ai pris des leçons et j'ai joué dans l'orchestre des jeunes de l'État. Un Noël, j'ai reçu un de ces minuscules claviers Yamaha qui, en plus du 'piano', produisaient des effets 'océan' et 'machine gun'. Impossible de le lâcher. Finalement, ma mère a accepté de me laisser étudier le piano avec le professeur de musique de l'école et je suis devenue l'accompagnatrice de la chorale pendant quelques années, la plupart du temps c'était une bonne raison pour rester à l'intérieur pendant la récréation. Mais aussi parce que je ne voulais pas arrêter de jouer.

Je suis venue tardivement à la guitare, plus tard que la plupart des gens que je connais. J'aimerais avoir commencé plus tôt, mais je n'ai pas eu beaucoup d'encouragement et la guitare m'était présentée comme un instrument masculin, quelque chose de bruyant dont les filles ne devraient pas jouer. Pareil pour la batterie. Quand j'ai demandé si je pouvais jouer de la batterie, la réponse a été non. Aussi fou que cela puisse paraître aujourd'hui, dans la banlieue où je vivais, c'était le cadre. Cela commençait très tôt. Les filles de mon quartier devaient respecter un couvre-feu strict et se parlaient au téléphone pendant que les garçons étaient autorisés à rester tard dehors, à 'écraser des oeufs' sur les voitures et jouer avec des lampes de poche dans les rues.


glass vs grass by cabinet of curiosities


Adolescente, j'ai commencé à aller à des spectacles pour tous âges et ça a changé ma vie. Avec mes meilleures amies, nous nous entassions dans les voitures les unes des autres et nous roulions, cherchant de la musique à la radio, mais les groupes que nous écoutions étaient composés de garçons, promus par des garçons, des hommes réservaient les lieux de spectacle et vendaient les t-shirts et les boissons. Je voulais être dans un groupe plus que tout, mais je n'avais même pas de guitare potable. Ce n'est qu'à ma dernière année dans le secondaire que j'ai demandé des leçons de guitare et ma mère a payé pour remettre en état les chevilles et le manche d'une vieille guitare acoustique que mon père avait laissée dans le sous-sol de façon à ce que j'ai quelque chose pour jouer.

J'ai suivi pendant un bon semestre des cours de guitare et immédiatement j'ai commencé à écrire mes propres chansons. Mon instructeur m'a encouragé. Il m'a suggéré de jouer mes chansons dans des cafés, ce que j'ai commencé à faire. J'ai aussi débuté l'étude du piano classique et du clavecin avec un nouvel enseignant. Elle m'a encouragée à apprendre Brahms et Bach, et chaque soir, je jouais du piano et du clavecin dans la salle de musique à l'école. En apparence, j'étais une étudiante douée en sciences avec des penchants artistiques, mais intérieurement, je voulais faire partie d'un groupe. Aucune des filles que je connaissais ne possédaient d'instruments, ou ne voulaient les amplifier pour en jouer face à un public. Aucune de mes amies, de l'école ou du voisinage, n'étaient autorisées à sortir après 23 heures le soir.

Encore une fois, cela pourrait paraître surprenant parce que les temps ont changé, mais le quartier où j'ai vécu était très conservateur. J'étais censée être une bonne élève et une «bonne fille», et j'en ai pratiquement perdu la tête. Je me suis radicalisée. Quand j'ai déménagé à New York, la première chose que j'ai faite a été de teindre mes cheveux et monter un groupe.


Blue Highways by Cabinet of Natural Curiosities


3.peux tu nous en dire un peu sur tes influences et tes goûts en matière de musique ?
C'est toujours la question à laquelle il est le plus difficile pour moi de répondre. Je suis influencée par tout ce que j'entends, tout ce que je vois, touche, lis, ainsi que par mon vécu. Je suis influencée par les gens que je croise dans la rue. J'ai l'impression d'avoir une réponse synesthésique au monde - je ressens les gens comme des chansons quand je suis près d'eux, même si je ne les connais pas. Parfois je mange dans un restaurant et je vous promets que je peux sentir les émotions de l'homme en cuisine. J'entends les arguments des tableaux et les conversations entre les bâtiments. C'est comme si le monde était relié par des fils, et la musique la forme de continuité qui conduit d'une chose à une autre. Cela peut sembler un peu nunuche (ou schizophrène, ou comme un monologue écrit par un personnage de Wes Anderson), mais c'est vrai. Il est difficile de définir mes goûts en musique. Je suppose que je pourrais dire que j'aime ce qui est beau, bien conçu, dramatique et dynamique et subtile, mais ce ne sont que des adjectifs. J'aime les chansons bien conçues avec des paroles originales, les auteurs dont les voix ne ressemblent à aucune autre dans leur époque, qui refusent de créer autre chose que ce qu'ils entendent dans leurs cœurs et leurs têtes (et leurs mains.) J'aime tout, des groupes punk/hardcore que j'ai fini par écouter, comme Bikini Kill, Operation Ivy ou Minor Threat, jusqu'aux tons planants de Mogwai et GYBE, en passant par les écritures habiles de Tom Waits, Nina Simone, Leonard Cohen, et Sandy Denny.


blue highways by cabinet of curiosities


4. as tu un 'disque de chevet', le genre que tu écoutes encore et encore ?
Oui, il y a quelques disques que je pourrais écouter encore et encore (que, par ailleurs, j'écoute). Par ordre alphabétique:
Leonard Cohen - Songs of Love and Hate
Fugazi - 13 songs
Joni Mitchell - Blue
Nina Simone - Wild is the wind
Neil Young - On the beach
Bien entendu, les disques que j'aime sont plus nombreux, mais ceux-là sont mes étalons or.
Voici deux vidéos dont je ne me lasse pas :
Phil Ochs - no more songs
Sandy Denny - late november


listening for earthquakes by jasmina dreame wagner
listening for earthquakes
(art cover : Dana Maiden)