n'oublie pas ton bidon camarade


Mon cher blog,
voici un moment déjà que j'ai pas écrit pour toi - peut-être (même si j'en doute) t'en inquiètes tu ? permets moi de te rassurer avec cette excuse-formule un peu bidon (d'où le titre du billet) : si je n'écris pas ici c'est que j'écris ailleurs. Non je ne te fais pas d'infidélité. Non quand je dis j'écris ailleurs c'est ailleurs pour ici et cet ailleurs c'est pas pas un ordinateur d'une forme ou d'une autre, non, cet ailleurs est un bloc (avec un c) de papier sur lequel je dépose quelques mots (déjà assez nombreux) muni d'un crayon papier hb. et cette écriture me prend un temps fou car s'agit d'une tâche surhumaine que me suis collé dessus. à toi mon blog je peux le dire, s'agit d'un disque que j'ai entrepris de décortiquer et j'emploie le terme décortiquer à dessein tu verras tu verras, quand tu liras tu liras. oui décortiquer un disque prend du temps surtout celui-là dont il a fallu vider (oui j'ai choisi cette solution parce que si j'avais mis la main sur ma vieille combinaison de plongée, tu penses bien, j'aurais fait autrement même si pour les photos la carte quelque chose aurait pas vraiment fait l'affaire comme tu le verras plus profond) oui donc ne perdons pas le fil, il a fallu que je vide intégralement les fonds marins afin de répertorier toutes les espèces animales et végétales qui se trouvaient vivre dedans (je te rassure j'avais plusieurs bassines toutes pleine d'eau dans laquelle j'avais mis un peu de sel juste assez pour arriver au taux de salinité ad hoc - qu'elles soient pas détruites et que je sois pas obligé d'acheter un autre exemplaire dudit disque) bon. j'avais aussi un carnet de croquis tant qu'à faire m'étais je dit dessinons les aussi (un peu aussi à cause des problèmes de la carte quelque chose). Tu vois mon blog je suis fort occupé avec tous ces travaux préparatoires et je ne t'ai pas parlé des différents arbres fruitiers implantés sur ses côtes. principalement des noyers du genre maritime, au nombre de 12 ou 13 (celui là je sais pas trop comment l'inventorier) dont il a fallu secouer chaque tronc pour en récolter les fruits arrivés à terme et qu'actuellement là maintenant je suis en train de casser avec le seul casse-noix en ma possession. je sais je pourrais me faire aider par d'autres casse-noix mais je crois que le décorticage ne serait plus trop un travail personnel. Donc en guise de conclusion propre à te rassurer (j'espère*), mon blog, si je ne t'écris pas dessus c'est qu'en cassant des noix j'écris ailleurs pour toi plus tard. Voilà. Oui j'écoute aussi un autre disque que celui que je décortique. celui là, ainsi que tu l'imagines si tu te rends bien compte de la situation dans laquelle je me trouve, se retrouve un peu avec les tripes à l'air et les organes numérotés (pour la reconstruction future)  et éparpillés (dans des bassines plastoques couleur verte et orange) à travers la pièce où je suis assis ce qui ne rend pas facile sa pose sur la platine ah ah ah c'est de l'humour. si! donc par facilité j'en écoute un autre (cf photo ci-dessous - en noir et blanc parce que je crois la carte quelque chose a comme un problème identitaire ou à moins que les couleurs se soient tout simplement barrées définitivement) que j'aime bien et que j'écoute plusieurs fois par jour parce que je l'aime bien. voilà.
à bientôt dans nos contrées et d'ici là bois un coup (d'où le titre aussi du billet)


dub treasures from black ark


mise à jour toujours. lee perry (spotify)